3 principaux types de fers à souder

Les fers à souder ne s’utilisent généralement que pour les petits soudages ou les réparations courantes : connexions pour câblages de radio ou de télévision, trains électriques, sonneries, conducteurs de courants électriques, petits objets usuels tels que les porte-clefs, chaînettes, batteries de cuisine, etc.

Ils sont de 3 types différents :

  • les fers simples sans source de chaleur propre
  • les fers montés sur lampes ou chalumeaux
  • les fers électriques

Les fers simples

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Généralité

Un fer simple

Un fer simple

Ils sont constitués d’une masse de cuivre rouge dont l’épaisseur varie selon l’utilisation qu’on doit en faire, d’un support et d’un manche en matière isolante (pratiquement toujours du bois).

Panne

La panne est la partie principale du fer, c’est elle qui sert au chauffage des pièces à souder, au transport du métal d’apport et à son étalement.

Corpss

Le corps proprement dit du fer en est le volant thermique ; c’est lui qui permet l’accumulation nécessaire de la chaleur indispensable au travail.

Support

Le support permet le maniement du fer et l’éloignement de la partie chaude.

Manche isolant

Le manche isolant sert à la prise de l’ensemble.

Pour chauffer les fers simples

Il est naturellement nécessaire de disposer d’une source de chaleur indépendante.

On les disposera donc sur un réchaud, un foyer au charbon de bois ou une lampe à souder ; on aura toutefois soin de disposer la panne vers le haut parce qu’il est indispensable d’éviter son oxydation ou son salissement au contact de la flamme.

Lampe à souder

Lampe à souder

C’est elle, en effet, qui servira effectivement à réaliser le soudage. C’est d’ailleurs pour cette raison que, dans le cas de foyers au charbon, on n’utilisera que du charbon de bois qui ne dégage pas de suie.

Il sera toutefois plus facile d’utiliser d’autres moyens de chauffage alimentés par combustibles liquides ou gazeux.

Pour effectuer l’étamage

Pour cela, on fera adhérer au fer à souder une fine particule d’étain.

Cette opération s’exécute en frottant avec force le biseau de fer, préalablement nettoyé et chauffé, sur le bloc décapant, puis sur la baguette d’étain.

Quelques parcelles de ce métal resteront fixées sur les parois de la panne.

Une autre façon de réaliser l’étamage du fer consiste dans la plongée de celui-ci, dans la réserve d’esprit de sel avant de le presser sur la baguette d’étain.

Une baguette d'étain

Une baguette d’étain

A chaque réchauffage du fer à souder, il faudra éviter de le porter à une température trop haute qui risquerait de faire fondre l’étamage réalisé, sans quoi il faudrait recommencer l’opération de l’étamage.

Les fers à réchauffeurs

Habituellement, ces fers sont fabriqués comme les précédents mais possèdent, en outre, une source de chaleur propre qui permet de les maintenir, une fois réchauffée, à une température constante.

Ils sont de 2 types :

  • les fers à lampe
  • les fers à gaz

Les fers à lampe

Ces fers sont constitués d’un fer traditionnel monté sur une lampe à souder spécialement construite. La réserve d’essence est généralement contenue dans le manche qui, la plupart du temps, forme elle-même ce manche.

Les fers à gaz

Ils ne diffèrent, en fait, des fers à essence que par le combustible utilisé pour l’alimentation du réchauffeur.

Un fer à gaz

Un fer à gaz

Ce combustible sera tantôt le gaz de ville, tantôt le gaz butane ou le gaz propane.

La fabrication de ces réchauffeurs diffère naturellement légèrement selon le combustible utilisé, les gicleurs n’étant pas les mêmes pour chaque type de gaz.

Les fers électriques

Ce sont les fers à souder les plus pratiques et les plus communément utilisés pour réaliser les petits et moyens travaux et, très spécialement, pour tout ce qui concerne le soudage ayant trait aux conducteurs d’électricité.

Leur fabrication et leur fonctionnement sont des plus simples.

Une résistance électrique de plus ou moins grande capacité, enroulée à la base de la masse de cuivre, réchauffe cette dernière. Celle-ci prend rapidement la même température jusqu’à la pointe du fer.

Ajouter un commentaire